Cultiver un potager biologique vous permettra d’observer une alimentation saine, dépourvue de substances chimiques issues des pesticides et autres antiparasites néfastes à la santé et à l’environnement. La permaculture est une technique d’association de végétaux différents qui va exclure l’utilisation de produits nocifs.

En quoi consiste la permaculture ?

Issue de l’association des termes anglo-saxons « agriculture » et « permanent », la permaculture est un concept innovant d’agriculture permanente à la fois saine, productive et économique en énergie.

Cette technique a été découverte, dans les années 70 par deux biologistes australiens. Son intérêt est non seulement l’exclusion de l’utilisation d’engrais et de pesticides chimiques, mais également la protection de l’environnement et la pérennité des sols.

La méthode permet ainsi de valoriser le potager tout en permettant au sol de s’autoentretenir. Il ne sera plus question, par la suite, de préparer le sol à chaque fois que vous désirez cultiver des légumes, ou des plantes à fleurs différents.

La permaculture permet, par ailleurs, d’utiliser l’existant et les déchets en les transformant de manière à servir à d’autres fins plus utiles. Il en est ainsi de la transformation des mauvaises herbes et des insectes nuisibles, tels que les escargots et limaces, en compost, en engrais organiques ou encore en aliments pour la volaille.

Avantages de la permaculture

Grâce à l’association de légumes compatibles dans votre potager, vous aurez l’avantage de :

– Protéger vos légumes contre les insectes nuisibles. Les plantes vont se protéger mutuellement sans recourir à des pesticides. À l’instar du poireau qui constitue un répulsif idéal aux pucerons et aux mouches qui investissent les plants de carottes, tandis que les carottes éloignent la teigne et le thrips qui compromettent la croissance des plants de poireau. Cette complémentarité va ainsi bénéficier mutuellement à ces deux sortes de légumes, compatibles dans un même potager.

– Le sol n’aura pas besoin de préparations minutieuses telles que le labour ou le sarclage. Il suffira de terreau de qualité afin de concevoir des mottes suffisamment humides et émiettées, adaptées aux jeunes plants. En permaculture, il est plus facile et plus régulier de réussir ses semis au presse motte.

– Associer les légumes compatibles entre eux et disposer de légumes frais, sains, entièrement bios, qui peuvent être récoltés simultanément. Vous pouvez, par la même occasion, diversifier les cultures en veillant toujours à associer les variétés compatibles

– Régénérer les sols grâce à rotation des cultures. Comme les végétaux y puisent les ressources indispensables à leur croissance, la rotation des cultures fera revenir le cycle en permettant aux sols de se ressourcer.

Des exemples de plantes potagères compatibles

Certaines variétés de légumes peuvent être associées entre elles dans le potager, si d’autres sont loin d’être compatibles. La connaissance à ce sujet vient de l’expérience. Toutefois, il importe de posséder le minimum de savoir-faire grâce à l’intervention d’un professionnel du jardinage, entre autres.

Il importe ainsi de savoir que les carottes sont également compatibles avec les plantes à bulbes telles que l’oignon, l’échalote, l’ail dont l’odeur constitue un répulsif aux mouches et aux limaces qui investissent les fanes et les pieds des carottes.

De même que les céleris et les choux peuvent être plantés côte à côte. Si les céleris dégagent un répulsif qui éloigne les mouches et les piérides des choux, ces derniers, à leur tour, protègent les céleris contre la maladie de septoriose, entre autres.

Les plantes aromatiques, telles que le thym, par exemple, sont mises en terre aux côtés des légumes tels que tomates et les cucurbitacées pour les substances répulsives diffusées par leurs racines…

Associations bénéfiques dans le jardin

Mais les légumes ne sont pas les seules variétés de plantes à être compatibles entre eux. Les arbres fruitiers, ainsi que les plantes à fleurs jouent également un rôle important en permaculture.

Ainsi, il n’est pas rare de trouver des plants de myosotis associés à un framboisier, par exemple, car le myosotis repousse les vers qui peuvent entamer les racines et les feuilles de cet arbre fruitier. Par ailleurs, certaines plantes à fleurs, comme la phacélia, dissuadent les mauvaises herbes autour du potager.

À la différence d’un jardin potager avec des légumes de même nature alignés en rang, un massif inspiré de la permaculture contient plutôt une grande diversité de végétaux qui se complètent entre eux pour une meilleure croissance et un rendement optimal dans de meilleures conditions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici